Exposition universelle de 1878, l'exposition des nouvelles technologies.

La gare du Champ de Mars

Page suivante,

La statue de Charlemagne

Les expositions de

1855,

1867,

1878,

1889,

1900,

1907,

1931,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page suivante,

La statue de Charlemagne

Les expositions de

1855,

1867,

1878,

1889,

1900,

1907,

1931,

 

Pour acueillir les voyageur en provenance de l'ouest parisien il fut décidé de construire un gare de chemin de fer au cœur de l'exposition universelle de 1878.

gare champ mars LitchJust Lisch exposition 1878

    La gare terminus de la ligne desservant les Expositions de 1878 et de 1889, imaginé par l’architecte Just Lisch (à qui l’on doit la gare Saint-lazare) et aussi désigné comme l’embarcadère du Champ de Mars, se situait en bord de Seine, à la hauteur de la station RER Champ-de-Mars/Tour Eiffel. L’espace libre correspondant au stade de football qui fait l’angle avec la rue de Suffren permet d’imaginer le dessin des dix quais et des vingt voies qui reliaient la gare à celle de Saint-lazare.

Just Lisch gare invalides 1878


    Le 18 juin 1897, un cyclone dévaste le nord-ouest parisien qui fit de nombreux morts. Cette tempête soudaine détruisit plusieurs pavillons d’habitation et les ateliers de la compagnie des chemins de fer de l’Ouest à Asnières sur Seine où était entretenu le matériel ferroviaire. A cette occasion, l’Embarcadère  du Champs de Mars, qui devait être démonté remplaça le bâtiment mis à bas. D’abord destinés à servir d’ateliers, on destina rapidement le bâtiment au service voyageur sous la dénomination de Gare Electrique. En 1937, elle redevint à nouveau un atelier de réparation. Les voyageurs de la ligne SNCF au départ de Saint-lazare la découvre sur leur droite juste avant d’arriver à Bois-Colombes.

.gare des invalides bois colombes 1878Just Lisch champ de mars gare des invalides bois colombes 18781878gare des invalides bois colombes 1878

À l’abandon, bien qu’elle soit inscrite à l’inventaire des monuments historiques, elle a pourtant vu passer sous son porche les exposants du monde entier, les machines les plus folles, les inventeurs les plus visionnaires et quelque 60 millions de visiteurs ébahis.


vestiges des expositions universelles de Paris

Sur les traces des expositions universelles, Paris,1855 - 1937, par Sylvain Ageorges aux éditions Parigramme, (extraits).

En vente sur Amazone.fr , Fnac.com , Chapitre.com et toutes les bonnes librairies.

Des questions, des infos? Contactez-moi: Sylvain Ageorges